Nathalie vend des perles de Tahiti en ligne depuis le Finistère

Publié le samedi 30 novembre 2013 à 07:00.

 

Nathalie Le Gloahec dans son atelier. Elle monte des bijoux avec des perles d’huîtres ramenées de Polynésie… © Ouest-France

 

Avec les perles de culture qu’elle a ramenées de Polynésie, la Finistérienne Nathalie Le Gloahec crée des bijoux qu’elle vend sur Internet ou lors d’expositions.

On exploite de l’or noir dans un village du Finistère, au nord de Brest. Un gisement pétrolier ? Que nenni ! Nathalie Le Gloahec, 45 ans, fabrique des bijoux avec « l’or noir » de la Polynésie : des perles cultivées dans des élevages d’huîtres. Des perles que cette native du Finistère a ramenées de Tahiti en 2009, une île où elle a vécu durant onze ans.

Colliers, bagues et pendentifs

Dans son atelier, d’où elle peut admirer, au loin, la mer d’Iroise, Nathalie Le Gloahec monte ses bijoux, qu’elle vend en ligne sur Internet. Elle perce ses perles aux couleurs très variées pour en faire des colliers, ou les assemble sur des montures de différents métaux pour réaliser bagues, pendentifs, etc.

Son entreprise individuelle, créée en 2010, et accompagnée par le réseau « Entreprendre au féminin », a un nom évocateur : « Ô Perles du Paradis ».

Au bout du monde

Un Paradis (Tahiti) sur terre où sa vie a complètement basculé en 1998. Jusque-là, Nathalie Le Gloahec, diplômée de l’école de commerce de Bordeaux, était, en métropole, négociante en « produits pétroliers » (un autre or noir) pour le compte de la grande distribution.

Un jour, elle découvre que son collègue homme est payé moitié plus cher pour le même travail. Elle claque la porte, part en Polynésie pratiquer la plongée - sa passion - histoire de faire un break. « J’ai quitté la fin de la terre pour aller au bout du monde », lâche-t-elle sur le ton de la boutade.

Des perles sous les cocotiers

Au pays des atolls et des lagons, l’intrépide Bretonne découvre la perliculture dans l’archipel des Tuamotu. Subjuguée, elle se passionne pour cette activité et participe à la création d’une ferme perlière sur l’îlot de Ahe. Le rêve : « On bosse dans l’eau avec des huîtres qui donnent des perles, sous le soleil et les cocotiers ». Deux ans après, pour des raisons personnelles, Nathalie gagne Papeete et y travaille dans des bureaux.

Entreprise de négoce

Mais le virus de la perle de Tahiti rattrape Nathalie. Elle monte sur place une entreprise de négoce de perles. Durant cinq ans, elle exporte ce bien précieux en France.

C’est cette activité qu’elle continue depuis 2010, à domicile, mais en ligne. 60 % de ses clients sont des hommes… Nathalie vend aussi au cours d’expositions où elle raconte son histoire singulière et tout l’art de cet « or noir » : comment l’on greffe de la nacre dans des huîtres pour obtenir, deux ans après, les perles miraculeuses… Nathalie Le Gloahec est vraiment une perle rare.

Éric CHOPIN.

Repères

Nom : « Ô Perles du Paradis »
Activité : vente de bijoux en perles de culture de Tahiti
Création : 2010
Chiffre d’affaires : 80 000 € en 2013
Effectif : une personne
Contact : 06 63 62 63 22
Site Internet : www.operlesduparadis.com

Le conseil

Nathalie Le Gloahec

« Ne jamais rien lâcher »

« Il faut être persévérant. Ne jamais se laisser abattre. Ne rien lâcher. On rencontre toujours des problèmes, des obstacles. Créer son entreprise est une aventure. Il faut s’adapter et rester optimiste. Bien sûr, il faut écouter les avis, même les Cassandre. Et puis en tirer le meilleur profit. Parfois, on peut être tenté de baisser les bras. Mais il faut repartir très vite. Il est important de s’allier aux meilleures compétences. Car on ne peut pas tout savoir faire. Être en réseau est un atout précieux, indispensable ».

Pour vous aider

Gaëlle Vigouroux (Entreprendre au féminin)

« Notre réseau accompagne des créatrices d’entreprises, sans distinction de projet et quel que soit le stade d’avancement de l’idée. Notre rôle n’est pas d’évaluer un projet mais de rendre la personne actrice de son parcours. Nous avons permis à Nathalie Le Gloahec de tisser des contacts et de connaître d’autres compétences susceptibles de l’aider dans le développement de son projet. Nous favorisons également la formation initiale et continue de la créatrice. » Réseau Entreprendre au féminin-Bretagne, 02 98 17 00 62. www.entreprendre-au-feminin.net


avantages fidélité

Cumulez des points fidélités à chaque achat directement convertibles en euros pour vos futures commandes (hors promotions en cours)

+ d'informations

Besoin d'un conseil ?

Notre Foire Aux Questions est à votre disposition, elle vous permettra de consulter les réponses aux questions les plus courantes.